Soins d'urgence

Un spécialiste de la main s'occupera de vous

En savoir plus sur l'aide d'urgence

Traitement

L’anesthésie

Plusieurs types d’anesthésie peuvent être utilisés en fonction du type et de la durée de l’intervention prévue. Votre chirurgien (si c’est lui qui pratique l’anesthésie) ou l’anesthésiste vous aura indiqué lors de la consultation pré-opératoire quelle anesthésie vous sera appliquée.

L’anesthésie locale
Il est préférable de ne pas être à jeûn : vous pouvez déjeuner ou dîner normalement avant l’opération.

Le liquide anesthésique est infiltré sous la peau. La piqûre est très supportable. Le garrot est gonflé et l’intervention peut commencer après avoir vérifié que l’anesthésie fonctionne bien, c’est à dire qu’il n’y a pas de douleur. Sa durée dépend de la tolérance du garrot. Généralement 10 minutes suffisent au chirurgien pour exécuter les petites interventions comme le tunnel carpien ou les doigt à ressaut). Ensuite le garrot est relâché et le sang revient dans les tissus, entraînant une sensation d’onglée pendant 1-2 minutes.

Risques: malaise vagal avec étourdissement, baisse du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Des moyens simples auxquels les soignants sont entraînés permettent de rétablir rapidement la situation.

L’anesthésie endoveineuse
Un repas léger est toléré 2h avant l’opération.

Une voie veineuse est posée avant l’opération par une infirmière. La partie à opérer est partiellement vidée de son sang au moyen d’une bande élastique puis les deux garrots placés au bras sont gonflés pour empêcher le sang de pénétrer dans l’avant-bras. L’anesthésiste ou le chirurgien injecte alors une solution diluée d’anesthésique, dont la quantité est fonction de votre poids. L’anesthésie se produit en dix minutes environ. Les deux garrots sont dégonflés à tour de rôle en fonction de leur tolérance. La durée de l’opération autorisée pour ce genre d’anesthésie est de 40 minutes.

Risques: les risques sont minimes. Cependant, si le garrot est lâché trop vite, le produit s’écoulant rapidement dans la circulation produit un étourdissement ou une syncope de courte durée qui peut s’accompagner de convulsions. La voie veineuse placée sur l’autre membre permet l’administration des médicaments nécessaires. Nous n’avons jamais eu à déplorer d’accident de ce genre depuis que nous la pratiquons.

L’anesthésie par bloc axillaire
Il est préférable d’être à jeûn car si l’anesthésie n’est pas suffisante, il peut être nécessaire d’être endormi par narcose (dite aussi anesthésie générale).

L’anesthésiste désinfecte le creux axillaire puis injecte la solution anesthésiante autour des nerfs du bras sous contrôle échographique. Cette manoeuvre est peu douloureuse. L’anesthésie se développe en 30 minutes environ. Si elle n’est pas totale, le chirurgien peut la compléter en infiltrant directement les tissus sur le lieu de l’opération. On peut opérer sous garrot pendant deux heures. Ensuite il faut rétablir la circulation durant 20 minutes pour permettre la réoxygénation des tissus. La durée de l’anesthésie est de 4-12 heures suivant le produit injecté. La paralysie sensitive et des muscles est complète pendant cette période.

Risques: très faibles. Des hématomes et des irritations nerveuses avec des douleurs résiduelles durant quelques semaines ont été décrits dans la littérature. Les complications liées à l’administration de substances anesthésiantes sont contrôlées par l’anesthésiste ou ses aides. L’administration d’une prémédication est systématique dans les hôpitaux et pour les opérations de longue durée. On peut donner également de l’oxygène et une sédation si elle est souhaitée.

L’anesthésie générale
Ce type d’anesthésie est pratiquée par un anesthésiste. Il nécessite une consultation et un bilan pré-opératoires. Actuellement ce type d’anesthésie est tout à fait sûr. L’anesthésiste vous fournira tous les renseignements nécessaires sur la manière dont il procède et les risques éventuels.